Quelque chose noir

 

France, January 2015
© André Alves

EN version

(version française ci-dessous)

Paris, France, 7/01/2015 there was a terrorist attack at the office of the satirical newspaper Charlie Hebdo by two gunmen Saïd and Chérif Kouachi, armed with machine guns killing 12 people and injured 11 others. They identified themselves as belonging to the Islamic terrorist group Al-Qaeda which took responsibility for the attack.  Several related attacks followed on 7–9 January 2015, including a supermarket siege where a terrorist held 19 hostages and murdered 4 Jewish people.

France raised its Vigipirate terror alert and deployed soldiers in Île-de-France and Picardy, for a major manhunt that led to the discovery of the suspects after an exchange of fire. The brothers took hostages at a company in Dammartin-en-Goële on 9 January a situation that ended with them being shot dead by the police.

Four days after, about two million people met in Paris for a national rally, in the biggest rally after the peace agreement signing in WWII. More than 40 world leaders were present. In total, 3.7 million people joined demonstrations across France. The phrase Je suis Charlie became a common slogan of support at the rallies and a symbol of the fight against extremism. 

As a mean for survilance and protection Vigipirate plan remained with the Parisians after the brutal attacks at Charlie Hebdo.  After this attack others have followed in Paris in November killing 180 people (Bataclan and other nightclubs) and in Nice on Bastille day killing brutally 86 people and injured around 500 while driving a truck. Terrorism became a constant presence in everyday life ever since.

Title borrowed from the "tombeau poétique" by the french poet Jacques Roubaud.

FR version

7 janvier 2015. À Paris, la rédaction du journal satirique Charlie Hebdo est victime d’une attaque terroriste perpétrée par deux hommes, Saïd et Chérif Kouachi. Armés de mitrailleuses, ils ont tué douze personnes et en ont blessé onze autres avant de s’enfuir. Ils se sont identifiés comme membres du groupe terroriste islamique Al-Qaïda, qui a revendiqué l’attaque. D’autres attentats ont suivis dans la même journée, puis le 9 janvier, à la supérette Hypercacher, où Amedy Coulibaly prend dix-sept otages (non pas dix-neuf) et assassine quatre personnes juives.

Le gouvernement déclenche le plan Vigipirate au niveau Alerte attentat et déploie des soldats en Île-de-France et en Picardie pour traquer les frères Kouachi. Le 9 janvier, les suspects se retranchent dans une imprimerie de Dammartin-en-Goële dont le gérant est pris en otage. Les deux terroristes sont abattus au terme de l’assaut des forces de gendarmerie et de police.

Quatre jours plus tard, deux millions de personnes étaient réunies à Paris, plus grand rassemblement ayant eu lieu depuis la signature de l’accord de paix lors de la Seconde Guerre mondiale. Plus de quarante dirigeants mondiaux étaient présents. Au total, 3,7 millions de personnes ont rejoint le cortège des manifestations en France. L’expression « Je suis Charlie » est devenue une expression commune de soutien lors des rassemblements, et un symbole de lutte contre l’extrémisme.

Par mesure de survie et de protection, le plan Vigipirate continue à être appliqué après les attaques.

En novembre 2015, d’autres attentats meurtriers sont commis au Bataclan, au Stade de France et sur les terrasses de cafés Parisiens, tuant 180 personnes. À Nice, le soir du 14 juillet 2016, 86 personnes sont tuées et 500 sont blessées par un camion-bélier. Depuis, la présence du terrorisme s’est considérablement accentuée dans la vie quotidienne.

Titre emprunté au "tombeau poétique" du poète français Jacques Roubaud.